La Pierre Blanche

 
 

La Pierre Blanche

home-emmanuelle-oddo-16.jpg

La Pierre Blanche est une villa cachée dans les arbres, située dans le quartier du Roucas Blanc, aux pieds de Notre Dame de la Garde. Sa rénovation consistait à réinterpréter son héritage historique et familial avec un vocabulaire sensible et contemporain qui puisse répondre au charme existant et valoriser l’empreinte du temps,.

Chambre double / Terrasse / Jardin

Localisation

24 av. des roches 13007 Marseille

Rénovation & Décoration

Emmanuelle Oddo

Livraison

Mars 2017

Superficie

85 m²

Disponibilité

Occupé

 
Aquarelles d’Alexandre Benjamin Navet

Aquarelles d’Alexandre Benjamin Navet

Banquette Broste Copenhagen et photographie d’Olivier Amsellem

Banquette Broste Copenhagen et photographie d’Olivier Amsellem

home-emmanuelle-oddo-7.jpg
Lithographie de Jean Cocteau, miroir Honoré et buste en marbre du XIX°

Lithographie de Jean Cocteau, miroir Honoré et buste en marbre du XIX°

home-emmanuelle-oddo-12.jpg
home-emmanuelle-oddo-6.jpg
Chaises Petite Friture x La redoute, Collage de Caroline Denervaud

Chaises Petite Friture x La redoute, Collage de Caroline Denervaud

home-emmanuelle-oddo-28.jpg

——

Presse

The Socialite Family

“ Notre quête de personnalités inspirantes se poursuit à Marseille où nous nous invitons le temps d’un après-midi chez Emmanuelle Oddo et Nicolas Veidig-Favarel. Respectivement à la tête de Piece A Partet de la galerie Double V, deux des projets dédiés à la création les plus excitants du moment, le couple nous reçoit dans la maison familiale d’Emmanuelle. Une villa d’après-guerre où les souvenirs se mêlent à l’odeur de la peinture en train de sécher. Les rénovations viennent de commencer, mais on nous l’assure : elles ne viendront pas altérer l’âme de la sublime demeure. Pour preuve, les carreaux de ciment d’époque découverts sous un jonc de mer que notre hôte avait toujours connu. Mis en valeur par les oeuvres des artistes qu’ils représentent – ou qu’ils admirent – le mobilier en bois et marbre du XIXème siècle retrouve une seconde jeunesse. Tout comme les splendides portes à vitraux nous accueillant à l’orée de la salle de bain ou de la chambre. Une association sans fioriture où chaque meuble, chaque objet, est libre de laisser exprimer son potentiel, son histoire. Emmanuelle et Nicolas aiment l’autre. Dans toute la dimension et la générosité que cela représente. Nous ne les aurions pas imaginés faire un autre métier. Celui qu’ils se sont créé. Ni vivre ailleurs. La profondeur, le relief : leur intérieur est le reflet d’une vie guidée par l’instinctivité. Une des raisons pour laquelle ils sont à l’origine séparément – ou ensemble – de la mise en lumière de certains fleurons de la jeune création contemporaine. Alexandre Benjamin Navet, Caroline Denervaud, Ugo Schiavi et tant d’autres dont vous entendrez à coup sûr parler très bientôt. Des aventures passionnantes que nous vous invitons à suivre si ce n’est pas déjà le cas !

Où sommes-nous ici ?

E.O. : “ Il s’agit d’une vieille villa construite après guerre, que nous avons récemment commencé à rénover. L’attachement à ce lieu et à ses souvenirs était tel que j’ai conservé au maximum ses éléments d’origine et le mobilier familial, tout en mêlant des matériaux ou pièces plus contemporaines : sous le jonc de mer abîmé que j’avais toujours connu, j’ai découvert de très beaux carreaux de ciment d’époque ; j’ai aussi tenu à conserver le mobilier en bois et marbre du XIXème siècle ou encore les vieilles portes à vitraux de la chambre ainsi que celles de la salle de bain. Finalement, j’ai épuré le plus possible en ne gardant que ce qui pour moi constituait l’âme de la maison. Après ça, nous avons revu certains volumes puis peu à peu décoré les lieux avec des œuvres issues de Piece A Part ou bien de la galerie de Nicolas. On retrouve des pièces uniques de la jeune génération contemporaine (Alice Guittard, Ugo Schiavi, Caroline Denervaud ou Alexandre Benjamin Navet) et de la moins jeune (Gérard Traquandi, Michele Sylvander), mais aussi des sérigraphies Maeght (Aki Kuroda, Joan Miró), ou encore des lithographies originales, comme celle de Jean Cocteau. À l’extérieur, mimosas, orangers ou néfliers poussent librement. J’aime leur force et leur permanence. (…) “

Découvrez la suite de l’interview

home-emmanuelle-oddo-24.jpg